Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 12:00

Comment Humidifier le cuir
En cuir à tannage végétal outillage doit être humidifié avec de l'eau avant que vous puissiez travailler avec elle. Cette procédure est appelée boîtier. Comme vous mouiller le cuir, les fibres gonflent et se ramollissent, vous permettant ainsi de timbre et la forme qu'elle. Le cuir est humidifié par le frottement d'une éponge humide sur elle. Soyez sûr vos mains sont propres. Frotter l'éponge humide sur le côté chair puis sur le côté du grain. Appliquer de l'eau aussi régulièrement que possible. Lorsque le cuir commence à revenir à sa couleur naturelle, commencez d'emboutissage. Si votre sèche en cuir avant de terminer la conception d'outillage, il sera nécessaire de réhumidifier. Soyez sûr que vous le cas toute la pièce pour éviter les taches d'eau.

Attention: Toujours utiliser récipients en verre ou en plastique pour l'eau. Les récipients métalliques peut causer le cuir sur la tache.

Repost 0
Published by Outilsloisirs
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 15:11
Nombreux sont les sorte de laçage dans les création en cuir pour la décoration
Aprés avoir percé le cuir
avec une alene ou une griffe permettant de percer plusieurs trous en même temps et agrandi avec une alêne ensiforme (Epissoir) ou avec un emporte-pièce de petit diamètre ou un emporte pièce de laçage spécifique, Il vous suffit ensuite de passer un lacet de cuir de 2 ou 3 mm de largeur dont le bout sera taillé en biseau (vous pouvez aussi utiliser un passe-lacets) ou aiguille pour cordon (pour laçet épais comme les laçet suédés) et insérer le lacet dans le premier trou, passez à l'extérieur et rentrez de l'autre côté dans le trou suivant, serrez, et ainsi de suite. Pour finir, ne serrez pas le lacet et passez celui-ci entre les couches de cuir puis serrez.
   

Différent type de laçage en vidéo offerte par TLF:



Repost 0
Published by Outilsloisirs
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 12:59

  

Le Cuir un matériau noble que les professionnels disent "vivant", et dont vous pourrez apprécier les réactions.

Les cuirs les plus pratiques à travailler pour un amateur sont la vache et le veau, à la limite le maroquin (chèvre). Préférez les peaux foncées si vous manquez d’expérience, car les accidents de parure s’y voient moins.
Celle-ci est préparée pour être façonnée et pour se conserver. 

La peau est constituée de 3 couches :

- L'épiderme, qui est en contact avec l'extérieur et qui subit les agressions ;

- Le derme, qui est la couche de cellules vivantes, organisées en un tissu très serré. C'est le lieu de naissance des poils et où sont présentes les terminaisons nerveuses ;

- L'hypoderme, c'est une couche de cellules graisseuses, c'est un tissu lâche, et qui est directement en contact avec les muscles.

Trois couches  Composition peau

Le cuir "pleine fleur" et "fleur corrigée" ? 

La "fleur" correspond au dessus du cuir, le côté de la peau qui portait les poils. C'est la partie la plus dense de la peau. Voici les différences principales :

Le terme "pleine fleur" signifie que le cuir a conservé toute l'épaisseur de sa fleur d'origine, car elle ne contient aucun défaut ou très peu. Le finissage est directement appliqué sur le côté fleur.

Pleine fleur

Le terme "fleur corrigée" signifie que la fleur a subi un léger ponçage. Cette opération sert généralement à régulariser son aspect en supprimant les défauts superficiels.

Le tannage :

Le tannage est l'opération qui consiste à transformer la peau en cuir grâce à des tanins, substances de différentes natures (végétale, minérale comme les sels de chrome, organique) qui permettent de passer d’une peau putrescible, sensible à l’eau chaude et très hydratée à une matière imputrescible, résistante à l’eau chaude et peu hydratée.

L'avantage du tannage végétal est qu'il ne provoque pas d'allergie, mais il est plus cher.

Il existe différents cuirs variant en qualité:

Plus l'animal est jeune, plus la peau est de belle qualité, car elle a subi peu de dommages (griffures, parasites...). Le tanneur va proposer des cuirs finis aux aspects et propriété très divers, au moyen d'équipements mécanisés et de produits chimiques. 

Les principaux animaux fournisseurs de cuirs : bovins, ovins, caprins, porcins, équidés, reptiles, poissons et oiseaux.

Divers cuir

> Mouton : C'est le cuir le moins cher et de moindre qualité. De faible épaisseur, il convient pour faire ses premières armes.

> Chèvre : Cuir de bonne qualité possédant un grain léger.

> Porc : Trés beau cuir possédant une teinte claire.

> Daim : Beau cuir utilisé pour les vêtements, gants et chaussures.

> Vache, vachette : Cuir épais possédant une fleur unie et brillante, il est trés utilisé en maroquinerie.

> Veau : Cuir d'excellente qualité, trés beau, moins fort que la vache mais nettement plus couteux.

> Autre cuirs : crocodile, serpent, lézard, crapaud et galuchat (poisson).

 

Pour vos articles de maroquinerie, je vous conseille du cuir de 1.5mm d'épaisseur et si besoin de 0.5mm pour les doublures et, pour des ceintures du cuir epais de 2.5 à 3.5mm.

Repost 0
Published by Outilsloisirs
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 19:58

Premiers exercices avec le couteau à ouvrir (permet des coupes en rond) 
  
 

Pour se familiariser avec cette technique, vous devez, avant de commencer le travail du cuir, vous exercer de manière à apprendre à bien manipuler le couteau à ouvrir.

Prenez un morceau de carton solide (par exemple, celui d’un bloc-notes) ou un morceau de cuir que vous humectez des deux côtés, dessinez les lignes du patron avec un objet émoussé sur le morceau de carton ou de cuir. Vous essayez de suivre ces lignes avec le couteau à ouvrir. Faites bien attention à la bonne position du couteau, comme cela sera expliqué dans le chapitre COUPE.

Veillez lors de vos exercices préliminaires à ne pas être crispé de sorte que vous puissiez plus tard découper de grands modèles sans problème. Déjà lors du premier exercice, vous remarquez qu’en manipulant correctement le couteau, vous obtenez une coupe profonde régulière et qu’il n’est pas difficile du tout de couper des cercles et des lignes ondulés.


 
 
 
 
 
 

  Découpe du patron avec le couteau à ouvrir En faisant tourner le manche avec le pouce, le majeur et l’annulaire, on peut facilement découper des cercles, des courbes et des lignes ondulées.
 
 
 
 
 
 

Transposer le patron sur le Cuir
 
 

Ici aussi, il faut (tout comme pour le tamponnage, estampillage) que les lignes du patron ne soient pas enfoncées trop profondément dans le cuir. Un coupe-papier ou une mine de BIC qui ne fonctionne plus, peuvent être employés pour transposer le patron sur le cuir.

Avant cela, il faut à tout prix humecter le cuir. Il suffit de passer une éponge mouillée sur la surface du cuir, passer légèrement mais régulièrement. Cette éponge aura été plongée dans l’eau puis pressée.

Pour empêcher un glissement du patron, vous devez fixer les coins avec du papier collant transparent afin que les lignes puissent être dessinées (calquées). Les lignes du patron seront calquées avec du papier transparent. Ces lignes apparaissent et se retrouvent sur le cuir.

Placez toujours le papier transparent avec le côté du dessin (crayon ou BIC) vers le haut de sorte que des marques (crayon ou BIC) ne puissent apparaître sur le cuir. De telles marques seront très difficiles à éliminer.

A la découpe comme pour l’estampillage (mettre un cachet), il faut toujours travailler un cuir humecté. Des activités comme la découpe ne peuvent être effectuées que si le cuir est bien humide.

Avant de commencer la découpe, humidifier la face interne et externe du cuir d’une manière égale. Pour les opérations ultérieures, il vous suffira de mouiller la partie qui vous occupe.
 
 


 
 
 
 

 Transfert du patron sur le cuir
 
 

Tout comme pour la technique de l’estampillage, les lignes d’aide sont d’abord dessinées sur du papier calque, puis ce papier transparent est placé sur le cuir qui a été humidifié, ce qui permet de transposer et finalement de graver ces lignes.
 
 
 
 
 
 

La découpe
 
 

Les lignes du patron sont coupées avec le couteau à ouvrir. Cet outil a été spécialement conçu dans le but d’obtenir des lignes bien découpées (si vous l’utilisez correctement).

En regardant le couteau à ouvrir, vous voyez comment le manipuler et comment la découpe se déroulera : le couteau à ouvrir a sur la partie supérieure un étrier réglable qui peut être placé plus ou moins haut selon la longueur des doigts en jouant sur les vis placées sur le côté. L’index se place dans cet étrier (entre la première et la deuxième phalange). Avec le pouce, le majeur et l’annulaire tiennent le manche cranté. Placez le couteau verticalement (perpendiculaire au cuir) et inclinez le légèrement vers l’avant (en l’éloignant de vous). Quand vous tenez ainsi le couteau, vous remarquez que vous pouvez tourner le manche. C’est important si vous voulez pouvoir facilement effectuer des lignes ondulées, des cercles et d’autres courbes. Le couteau a un côté oblique, ceci offre l’avantage de faciliter l’incision. Les lignes du patron sont profondément coupées, à environ un tiers de l’épaisseur du cuir.

L’incision ne doit pas être faite avec la totalité de la lame mais uniquement avec la partie avant de la lame. En appuyant légèrement sur l’étrier avec l’index et en ramenant le couteau vers vous sur les lignes tracé, toutes les lignes du patron seront incisées.

Toutes les lignes, même les courbes doivent toujours être incisées en tirant le couteau à ouvrir vers vous. Ce qui signifie que vous devez faire tourner le cuir pendant l’opération.

Si vous coupez par exemple des cercles, faites d’abord un demi-cercle, tourner le cuir et ensuite incisez la deuxième moitié. Quand toutes les lignes sont incisées, le patron doit être accentué.


 
 
 
 

Couteau à ouvrir

Avant de commencer la technique de la découpe, entraînez-vous avec le couteau à ouvrir sur un morceau de carton ou une chute de cuir.
 
 

La coupe en biais

Pour faire apparaître le patron dans le cuir, on creuse un côté fortement. Pour ce faire on trouve dans le commerce des outils spéciaux qui s'appellent matoirs à repousser.

Un de ces outils a un côté étroit et haut, sa partie inférieure se termine en biais. Quand on coupe, on ramène la lame verticale vers soi. Pour l’opération appelée coupe en biais, dont traite ce chapitre, les lignes courent horizontalement devant soi, car il est indispensable de placer le matoir à repousser dans l’incision. Ceci s’effectue plus facilement si les lignes sont horizontales.

Pour cette opération il faut, en plus du matoir à repousser, un marteau. Le matoir à repousser est maintenu verticalement sur le cuir ; le pouce et l’index tiennent la partie inférieure, la partie supérieure est orientée vers le corps.

La partie le plus épaisse est placée dans l’incision. Ensuite, vous frappez avec un marteau sur le matoir et vous déplacez celui-ci d’une demi-longueur à chaque coup. Déjà après les premiers (2 ou 3) coups, vous remarquerez que grâce à la forme en biais du matoir, la partie arrière de celui-ci se retrouve en profondeur dans le cuir.

On ne déplace l’outil que d’une demi-longueur afin qu'il n'apparaisse pas de petits coins dans la ligne qui a été effectuée. Si vous déplacez l’outil d’une longueur entière à chaque coup, il peut apparaître des inégalités.


 
 
 
 

Utilisation du matoir

En utilisant l’outil, pensez à la position verticale du matoir et avancer par demi-longueur pour obtenir une ligne ininterrompue. Ainsi, vous arriverez à créer des cercles et autres lignes courbes. 
  
  
  
 

Repost 0
Published by Outilsloisirs
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 22:19

Dans les metiers de l'artisanat du cuir comme les metiers de sellier ou bourrelier se pratique principalement la coutre à la main. Il existe différents points de couture mais le plus pratiqué et le plsu résitant est celui du point de sellier afin d'assembler plusieurs morceaux de cuir.

 

Il faut deux grosses aiguilles et un fil (poissé de préférence). On enfile ensuite les extrémités du fil dans le chas enlassé de trois tour puis on tire afin de bien serrer le fil et pouvoir par la suite tirer vigoureusement. Ensuite on place les deux parties du cuir à coudre de préférence dans une pince a pince ayant auparavant marqué le cuir avec une roulette a marquer les points.

Le fil passe de gauche a droite des pièces de cuir à assembler et l'aiguille passe entièrement par le trou a chaque fois.


Une fois le fil enfilé correctement sur les deux aiguilles aux pinces ( bouts arrondis ), et en oubliant pour l’instant le point d’arrêt du début.

Perçer les deux premiers trous avec l’alène aux pinces à tenue à 45°avec la main droite, passer le fil dans le premier trou et le faire coulisser de façon à avoir deux longueur identique à gauche et à droite.
Ensuite tenir l’aiguille gauche avec la main gauche et dans la main droite l’alène et l’aiguille de droite. 
le but est de garder l’alène et l’aiguille dans la main droite tout en cousant sans jamais poser l’une ou l’autre. 
méthode pour faire le point :

1 - passer l’aiguille de gauche dans le 2ème trou jusqu’à son milieu. 
2 - tenir avec deux doigts l’aiguille de droite et poser en forme de croix l’aiguille de droite contre l’aiguille de gauche qui dépasse à droite. 
3 - tout en serrant l’ensemble tirer du côté droit les deux aiguilles. 
4 - avec les doigts de gauche, tirer le fil vers soi pour éviter qu’il ne soit pris en piquant. 
5 - tout en gardant les deux aiguilles en forme de croix , piquer avec l’aiguille de droite. 
6 - au même moment avec la main gauche tirer légèremenr sur le fil pour être sûr qu’il ne soit pas pris en piquant. 
7 - prendre le fil côté gauche et le faire tourner autour de l’aiguille pour faire le noeud. On tourne vers le haut et vers soi. 
8 - reprendre avec la main gauche l’aiguille qui dépasse, tirer pour serrer le point, tirer en biais, main droite vers l’avant et main gauche vers l’arrière.

Pour le début, faire un point en arrière et pour la fin de couture faire un ou deux points en arrière,et couper les fils à ras, dessous et dessus.

Pour un raccord lors d’une grande longueur, terminer le dernier point avec les fils vers le bas, un dans

l’avant dernier trou et l’autre dans le dernier trou. 
Et reprendre la couture à partir de l’avant dernier trou, couper les deux fils dessous à ras.

Repost 0
Published by Outilsloisirs
commenter cet article

Www.outilsloisirs.fr

  • : Le blog de couture cuir outillage
  • Le blog de couture cuir outillage
  • : Ce blog vous propose des tutoriaux sur le travail du cuir, la teinture, l'outillage pour le couture du cuir. Vous pouvez aussi nous retrouver sur www.outilsloisirs.fr
  • Contact

Travailler le Cuir

Le Cuir un matériau noble que les professionnels disent "vivant", et dont vous pourrez apprécier les réactions.

Les cuirs les plus pratiques à travailler pour un amateur sont la vache et le veau, à la limite le maroquin (chèvre). Préférez les peaux foncées si vous manquez d’expérience, car les accidents de parure s’y voient moins.

 

Comment coudre le cuir ?

Un débutant soigneux peut réaliser, au moyen d’un outillage simple, des objets usuels en cuir d’une facture agréable. En peu de temps vous pouvez acquérir les bases du métier de Maroquinier, Sellier ou Bourrelier.

 

Découper, préparer, assembler et décorer vos créations en cuir

Amateurs, à travers les vidéos proposées, les patrons de repoussage et les explicatifs proposés par www.outilsloisirs.fr vous pourrez venir à bout aisément de petits projets de maroquinerie, ensuite vous pourrez chercher à relever le niveau de vos œuvres en cuir avec l’acquisition des livres sur la technique du travail du Cuir et l’utilisation des outils (abat carre-doloire-couteau à parer-etc..).

      ·         Travaillez la peau sur un tapis de découpe grand format afin d’éviter de l’érafler.

·         Repérez les deux faces du cuir : la "fleur", face lisse, (où apparaît le grain de la peau), et la "chair", face rugueuse qui peluche quand on la frotte.

Le découpage s’effectue au couteau demi-lune, d’un gros ciseau ou au moyen d’un gros cutter.

·         Maintenez la peau sur le tapis de coupe

·         Tracez sur la fleur du cuir sec les contours du patron de découpe, réalisé dans un gabarit en carton,

·         Découpez d’un mouvement régulier, en maintenant le cuir avec la paume de l’autre main.

·         Tenez le cutter de manière que son tranchant soit presque vertical et tirez le vers vous sans à-coups et en maintenant une pression à peu près constante.

Le parage des pièces à assembler comporte un travail sur le côté chair, au niveau des pliures et sur les bords à coudre ensemble.

·         Tracez les lignes de pliage au crayon gras.

·         Eliminez l’épaisseur de la chair au moyen d’un couteau à tranchet, progressant à petits coups sur le tracé.

·         Marquez le pli à l’aide d’un modeleur boule (ou pointe courbe), d’une gouge ou d’un abat carre.

·         Abattez les angles du cuir, en amincissant la partie chair avec un couteau à parer, sur les bords devant être cousus.

 

L’assemblage des éléments d’un objet en volume (sacoche, cache pot, etc.) s’effectue obligatoirement par coutures, tandis que les parties plates (sangles, anses, bretelles) peuvent être collées et ou riveté.

·         Cousez d’abord les attaches et les languettes sur les parties où elles se fixent.

·         Réalisez les coutures d’assemblage en maintenant si nécessaire les parties jointives au moyen de quelques points de colle spéciale cuir afin de garder la souplesse de la peau.

·         Marquez la ligne de couture ou laçage à l’aide d’une roulette qui pré-perce des trous équidistants, puis agrandissez-les avec une alène ou griffe au besoin.

·         Les coutures au point sellier sont à la fois décoratives et très solides : coupez le fil poissé. Il mesure 2,5 fois la longueur de la couture à exécuter ; enfilez chacune de ses extrémités dans une aiguille grand chas ; passez une aiguille dans le premier trou et répartissez le fil en parties égales de chaque côté ; piquez cette aiguille dans le second trou, puis passez y la seconde ; tirez le fil pour le tendre et recommencez l’opération au trou suivant.

·         Terminez chaque couture par un point arrière, où le fil est repiqué dans le trou précédent.

 

La décoration d’un objet en cuir s’effectue en marquant la peau par repoussage, ou au moyen de poinçons dont la forme imprime sa trace dans la fleur.

·         Mouillez légèrement la peau en passant sur la fleur une éponge juste humectée.

·         Repoussez les motifs, préalablement tracés, au moyen de matoirs et modeleurs.

   

La Teinture ou peinture du cuir nécessite des produits adaptés à cette matière que vous pourrez appliquer soit au pinceau, soit avec des applicateurs boule, soit à l’éponge pour les grandes surfaces et éventuellement avec un aérosol ou aérographe.

Liens SEO

Conception Web Montréal

 

Assurance Credit

 

Massothérapie Montréal

 

Autempsdelalaine.com : Vente de Bonnets laine tricotés main et Made in France

 

sac cuir